Retour

Inondations du printemps 2017

Des orientations qui auraient pu profiter de l’apport des municipalités

23 juin 2017

À la veille du long congé de la Fête nationale, le gouvernement du Québec a annoncé ses orientations concernant la reconstruction des résidences endommagées ou détruites lors des inondations du printemps 2017. La Fédération québécoise des municipalités (FQM) comprend bien l’urgence de statuer sur les possibilités de reconstruction dans les zones inondables. Par contre, elle déplore le fait que le gouvernement du Québec ait ignoré la demande des municipalités de faire partie du processus de réflexion dès le départ.

« Québec vient juste de nous reconnaître comme gouvernements de proximité. Mais le premier geste qu’il pose en matière d’aménagement du territoire est fait sans considérer le point de vue des municipalités. C’est assez paradoxal ! Dès le recul des eaux, au début mai, la FQM avait demandé de faire partie du groupe de travail interministériel pour justement s’assurer que les décisions du gouvernement respectent la réalité des municipalités du Québec. La loi a beau avoir été changée, la mentalité du gouvernement semble être restée la même », a déclaré M. Richard Lehoux.

Bien que la FQM reconnaisse la pertinence de plusieurs mesures incluses dans les orientations dévoilées, d’autres laissent planer un doute sur leur mise en œuvre. C’est particulièrement le cas pour la mesure qui exige aux 65 municipalités qui n’ont pas de cartes de zones inondables de produire de telles cartes et de les inclure dans leur règlementation municipale.

« Le gouvernement a beau exiger les cartes de zones inondables et les changements à la règlementation à ces municipalités, mais la réalité c’est qu’elles n’ont tout simplement pas les ressources financières et techniques pour les réaliser. Il faut un soutien adéquat de la part du gouvernement, sinon cette exigence n’aura aucun effet », a ajouté M. Lehoux.

Toute la question de la relocalisation apportera aussi son lot de problèmes. Si le gouvernement a prévu des programmes d’aide spécifique, il n’y a aucune indication sur de possibles allègements règlementaires qui faciliteraient la relocalisation des personnes durement touchées. Avec la nouvelle réalité que les changements climatiques vont amener, ces situations complexes et sensibles pour les citoyens du Québec risquent de se multiplier. Il importe donc que ces décisions difficiles soient prises en toute transparence et avec l’ensemble des acteurs concernés.

« Sur le terrain, ce sont les municipalités locales qui sont au premier chef interpellées s’il y a des résidences qui ne pourront être reconstruites. Lorsqu’on présente clairement la situation et qu’on implique les élus municipaux, on s’assure d’une large adhésion malgré le caractère difficile des décisions qui doivent être prises. Le gouvernement doit mettre en place dès maintenant un groupe de travail avec les municipalités afin que les prochaines étapes reçoivent la plus grande acceptabilité sociale possible », a conclu le président de la FQM.

On voit loin pour notre monde
Depuis sa fondation en 1944, la Fédération québécoise des municipalités s’est établie comme l’interlocuteur incontournable des municipalités et des régions du Québec. Visant constamment à défendre l’autonomie municipale, elle privilégie les relations à l’échelle humaine et tire son inspiration de l’esprit de concertation et d’innovation de ses quelque 1000 municipalités et MRC membres.

-30-
Renseignements :
Mathieu Le Blanc
Conseiller en relation avec les médias
Cell. : 418 564-5892
mleblanc@fqm.ca
Contact
  • Mathieu Le Blanc

    Conseiller en relation avec les médias

    418 651-3343 poste 243