Retour

Commission parlementaire sur l’accès aux services financiers de proximité en région

La FQM veut lutter contre la concentration des activités économiques et gouvernementales dans les grands centres urbains

14 mai 2018

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) profitera de son passage à la Commission de l’aménagement du territoire sur l’accès aux services financiers de proximité pour interpeller le gouvernement sur l’importance d’agir pour contrer le mouvement de centralisation vers les grands centres. Par ailleurs, la FQM constate également un mouvement beaucoup plus généralisé du déplacement des activités économiques et gouvernementales vers les grands centres que celui de la simple perte de services financiers de proximité.

« Pour la Fédération, il est clair que cette centralisation ne se fait pas uniquement avec les services financiers, mais aussi dans de nombreux autres secteurs. La rationalisation et la concentration des activités vers les grands centres ne sont cependant pas uniques au secteur financier. Des choix politiques ont également été faits, au cours des dernières années, pour rationaliser les effectifs et les services gouvernementaux, ce qui s’est traduit par une diminution de la présence de l’État en région », a déclaré le président de la FQM, M. Jacques Demers.

Le mémoire de la FQM démontre également que la fermeture de points de services bancaires constitue une tendance lourde qui est commune à l’ensemble des institutions financières, et qui engendre des impacts importants sur l’accessibilité du financement pour les petites entreprises en région. De plus, on note que depuis cinq ans, les petites municipalités ont perdu près de 30 % des emplois liés aux secteurs des finances, des assurances et des services immobiliers au profit des grands centres urbains.

« Selon une étude de l’Université de Californie, la fermeture de la succursale financière locale représente une diminution de 13 % des prêts accordés aux petites entreprises. C’est énorme! Un conseiller financier dans une petite municipalité, ce n’est pas seulement un emploi dans une succursale financière, c’est aussi un agent de développement économique. Il ne faut pas l’oublier », a ajouté M. Yvon Soucy, 1er vice-président de la FQM et préfet de la MRC de Kamouraska.

Bien que la FQM s’est déjà engagée à réaliser des projets pilotes pour permettre l’installation de guichets automatiques dans les municipalités qui ont perdu le leur, elle fait aussi six recommandations au gouvernement afin de renverser la vapeur qui mène vers la déconcentration des activités économiques et gouvernementales des grands centres urbains vers les régions :

  1. Mettre en place un chantier national sur la pérennité des services de proximité en région.
  2. Que le MAMOT réalise une étude sur les impacts socio-économiques de la rationalisation et diminution des services financiers en région.
  3. Inciter les institutions financières opérant au Québec à adhérer à un protocole de fermeture de points de service.
  4. Explorer la possibilité de collaborer avec Postes Canada pour offrir des services financiers de proximité dans les municipalités mal desservies.
  5. Dans le but d’assurer un accès aux services financiers en ligne pour l’ensemble des citoyens du Québec, effectuer les investissements nécessaires pour brancher à un accès Internet haute vitesse l’ensemble des citoyens du Québec d’ici 2022.
  6. Mettre en place une Politique nationale de déconcentration des services gouvernementaux qui miserait sur une déconcentration agressive de l’administration publique vers les petits centres de population et les milieux ruraux.

« Nous sommes bien conscients que le champ d’action du gouvernement est limité concernant les services financiers, mais en remplissant son devoir d’exemplarité dans la répartition de ses effectifs sur l’ensemble du territoire, il enverrait un signal clair aux petites municipalités. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement de mettre en place une Politique nationale de déconcentration de l’État. Car pour assurer l’occupation dynamique du territoire, nous devons pouvoir compter sur une présence de l’État dans toutes les régions », a conclu M. Demers.

Vous pouvez télécharger le mémoire de la FQM ici.

À propos de la FQM

Depuis sa fondation en 1944, la Fédération québécoise des municipalités s’est établie comme l’interlocutrice incontournable des municipalités et des régions du Québec. Visant constamment à défendre l’autonomie municipale, elle privilégie les relations à l’échelle humaine et tire son inspiration de l’esprit de concertation et d’innovation de ses quelque 1000 municipalités et MRC membres.

-30-

Renseignements :
Mathieu Le Blanc
Conseiller en relation avec les médias
Cellulaire : 418 564-5892
mleblanc@fqm.ca