Devenir membre Faire affaire avec la FQM

La FQM offre une variété de services à des tarifs concurrentiels qui correspond précisément aux besoins des membres.

Voir tous les services

Le développement local et régional est au cœur de la vitalité de nos régions.

En savoir plus sur le développement local et régional

Le Congrès de la Fédération québécoise des municipalités est le plus grand rassemblement municipal au Québec. Le prochain Congrès se tiendra du 24 au 26 septembre 2020.

Découvrir le Congrès

La FQM tient annuellement plusieurs événements phares réunissant ses membres afin de les informer sur les différents enjeux qui les concernent. Ces événements sont chaque fois le lieu privilégié pour échanger sur des questions d’actualité ou des dossiers déterminants pour les acteurs du monde municipal.

Voir tous les événements

Lettre ouverte

Les travaux de Justin Trudeau pour regagner les régions

Flèche vers le bas icône

Le 21 octobre dernier, les régions du Québec ont parlé. Partout, les appuis aux candidats·es issus du gouvernement sortant ont reculé, et de nouveaux députés·es feront bientôt leur entrée à la Chambre des communes. Les commentateurs ont émis plusieurs hypothèses pour expliquer ces résultats inattendus. De mon côté, je désire mettre de l’avant quelques éléments qui ont sans doute contribué à éloigner le gouvernement fédéral des réels enjeux liés à la vitalité des régions québécoises.

À titre d’exemple, depuis plus d’un an, la FQM réclame au gouvernement fédéral qu’il élimine les contraintes du Fonds de la taxe sur l’essence qui excluent les projets de bâtiments et de barrages municipaux de ce programme d’infrastructures. Malgré plusieurs interventions, dont celles récentes des ministres québécois des Finances et des Affaires municipales, rien n’a été fait pour corriger cette aberration. La Fédération québécoise des municipalités (FQM), porte-parole des régions, désire qu’on agisse sans tarder dans l’intérêt des régions. Il faut que le fédéral reconnaisse la compétence des gouvernements de proximité, et rende admissibles ces projets planifiés et décidés en fonction des priorités d’investissement des municipalités du Québec.

Deuxième exemple : Internet haute vitesse et la téléphonie cellulaire constituent deux des questions où les régions s’attendent à davantage de résultats. En 2019, l’accès à ces moyens de communication n’est pas un caprice : c’est un besoin essentiel! Pourtant, malgré les investissements significatifs annoncés ces dernières années, on constate que les projets ne se réalisent pas comme ils le devraient. On ne sent pas une volonté claire d’agir du fédéral, telle celle exprimée par le gouvernement du Québec avec qui nous sommes partenaires en ce domaine.

Nous nous attendons donc à ce que le gouvernement de M. Trudeau agisse dès sa formation, et qu’il s’entende avec le Québec pour développer une stratégie unique de déploiement. Les responsabilités et les moyens doivent être bien définis, et il faut mettre fin aux dédoublements. Notamment, la carte de couverture des services Internet doit être revue en fonction de celles préparées par les MRC. La mise en place d’ici 2023 d’un service étendu de téléphonie cellulaire sur l’ensemble du territoire québécois doit aussi devenir un objectif incontournable pour le gouvernement.

Troisième illustration de nos constats : les changements climatiques figurent au nombre des priorités de toutes les municipalités du Québec, les dernières tempêtes démontrant l’urgence de la situation. Il est donc impératif de les outiller adéquatement pour prévenir efficacement les événements liés à cette nouvelle réalité environnementale. Les impacts des changements climatiques sur nos communautés forcent déjà les municipalités et les MRC à concilier les façons de faire en aménagement avec les impératifs du développement durable. Conséquemment, beaucoup de travaux devront être entrepris dans les prochaines années pour faire face aux défis. À cet égard, les régions du Québec sont prêtes à collaborer à l’effort collectif de reboisement proposé en campagne par le premier ministre canadien. Des propositions concrètes seront bientôt déposées en ce sens. Toujours dans un souci de réduire les gaz à effet de serre, les élus·es municipaux s’attendent aussi à ce que soient accrus substantiellement les investissements dans la mobilité durable, en particulier dans les régions du Québec.

Le gouvernement fédéral doit donc participer, de concert avec celui du Québec, à un effort important et coordonné visant à permettre l’adaptation des territoires aux changements climatiques, tels l’érosion, les inondations, les glissements de terrain et les épisodes de vents violents.

Enfin, le résultat électoral peut être l’occasion pour le gouvernement fédéral de repartir sur de nouvelles bases. La FQM souhaite établir une relation constructive pour solutionner ces enjeux, et le premier ministre trouvera dans les municipalités de solides alliées pour réaliser ses engagements. Pour ce faire, il devra nécessairement adapter l’action de son gouvernement, et reconnaître le rôle déterminant des municipalités et des MRC dans la résolution des diverses problématiques qui confrontent les régions du Québec.

 

JACQUES DEMERS

Président de la FQM, maire de Sainte-Catherine-de-Hatley

et préfet de la MRC de Memphrémagog